23/ Train de banlieue

 En déplacement professionnel sur Paris, je profite d’une soirée de libre, qui sera suivi d’une demi-journée de repos, pour me rendre à Melun, sur l’invitation d’un couple d’amis (hétéros). Je passe une bonne soirée et l’heure de reprendre mon train approche. Mes amis me raccompagnent à la gare et j’ai juste le temps de sauter dans le train. C’est le dernier train de nuit. Il s’arrête pratiquement à toutes les gares. Mon arrivée sur la capitale est prévue dans deux heures. Ça va être long ! Très long !

Je suis dans la dernière voiture et il n’y a personne. Je m’installe dans le sens de la marche, en bout de rame. Après quelques minutes, le train démarre, roule un peu puis s’arrête à nouveau à la gare suivante. Juste avant que les portes ne se referment, un homme monte dans mon wagon. Grand, athlétique, cheveux rasés et black. Il semble plus âgé que moi, je dirais vers la trentaine. Il me regarde en passant devant moi et va s’asseoir au milieu de la voiture, côté couloir, face à moi. Il s’installe, les jambes écartées et les mains posées entre ses cuisses. Je ne peux pas m’empêcher de le mater. J’essaie d’être discret. Je vois que lui aussi me regarde.

C’est alors qu’une de ses mains remonte et entre dans son jeans. Il doit remettre son matos en place, je suppose. C’est plus fort que moi, je le regarde directement. D’autant que sa main traîne, ne ressort pas, et bouge à l’intérieur. En fait, il se caresse en me regardant. Je lui fais un signe afin de lui faire comprendre que j’apprécie le spectacle. De sa main libre, il me fait signe de venir le rejoindre. Je me lève et m’exécute. Je suis comme ça : Réservé, voire timide, mais dès qu’une occasion se présente, je fonce !

Il dégrafe son pantalon et me demande de m’agenouiller devant lui. Il précise qu’à cette heure-ci, nous devrions être tranquilles jusqu’à Paris. Il porte un caleçon. Je mets mes mains sur son paquet et là, surprise…

Je n’ai jamais vu une bite aussi grosse et longue !!! Il se redresse un peu pour descendre son pantalon et son calbut sur les chevilles. Une bite épaisse surmontée d’un gland proéminent et une paire de couilles bien lourdes et pendantes sont à ma portée. Le tout sans aucun poil. Certains auraient pris peur, vu la taille de son engin. Mais moi, ça me motive. Je commence par lécher, en commençant par ses boules puis en remontant le long de son membre. Je lèche maintenant son gros gland. Je le prends en bouche en m’ouvrant un maximum. À force, je réussis à prendre son gland et, comme à mon habitude, j’essaie d’en prendre plus. Rien n'y fait ! Je ne peux pas ! Je me contente de son gros gland. Alors, je malaxe ses bourses d’une main et de l’autre, je branle sa bite que je ne peux pas prendre en bouche. Lui me maintient avec ses jambes. Il apprécie le traitement et lâche des « Ouais, c'est bon ! Tu es bonne toi ! » Encouragé, je persévère. Je mouille abondamment, ce qui me permet d’en avaler un peu plus. J’ai la gorge écartelée. En même temps, je sens mon anus s’ouvrir tout seul dans mon jeans. À chaque coup où j’enfonce son gland dans ma bouche, mon trou s’ouvre un peu plus.

Le train s’arrête à nouveau. Je continue sans lever la tête. Lorsque nous redémarrons, je sens les mains de mon étalon me caresser le dos et s’attardant de plus en plus sur ma chute de reins. Je me positionne de manière à ce qu’il puisse accéder plus bas. J’ouvre enfin mon jean. Ma queue et mon cul sont libérés. Je n’ai pas lâché son pieu pour autant.

Il me caresse la rondelle et y enfonce un doigt direct. Heureusement que je suis allé aux toilettes avant de partir de chez mes amis…. Je mouille du cul et il rentre tout seul. Un deuxième doigt me pénètre. Je bouge mes fesses pour faciliter le passage. Un troisième. Ça passe tout seul. Je me déchaîne sur sa bite. Il me redresse et me dit : « Toi, tu la veux dans le cul ! Tourne-toi et prends-la ! »

Je m’exécute. Je prends son manche d’une main et me tiens au dossier du siège d'à côté. Il crache sur son gros gland et je le présente devant mon trou. Je m’enfonce doucement. Aussitôt, il m’écartèle. J’ai chaud ! Mais c’est si bon… Je reste ainsi quelques instants, juste avec son gland. Avec l’aide des mouvements du train, mon anus se détend rapidement et je sens sa bite me pénétrer doucement, mais sûrement. Je me laisse glisser. Je m’agrippe au dossier du siège d’en face et je commence mes va-et-vient. C’est trop bon ! Je gémis, lui aussi. Il me dit qu’il aime mon petit cul bien serré. J’y vais doucement, mais, passant certainement sur un aiguillage, le train bouge plus qu’à l’habitude. Je suis surpris et déséquilibré. Je pousse alors un cri de douleur qui se transforme vite en jouissance. Les soubresauts de la machine font que je suis maintenant littéralement empalé sur sa grosse bite. Je l’entends crier « Ouais !!! ».

Il me dit de me mettre debout et, sans sortir un seul centimètre de son pieu dans mon cul, il suit mon mouvement. Il commence alors à me limer. J’ai le feu au cul ! À chacun de ses coups de reins, je sens son gros membre me pénétrer encore plus loin. Je crie. Il continue. Je n’en peux plus et j’arrose le dossier du siège de mon urine. Je prends un pied d’enfer !!! Il me besogne ainsi plusieurs minutes avant de se retirer précipitamment en me disant de me retourner et m’agenouiller. À peine le temps d’être en position qu’il envoie, en criant, de nombreux jets de sperme. J’en reçois sur le front, les joues, le menton et dans la bouche. Je me branle en même temps et j’arrose ses baskets de mon foutre. Il ramasse son jus sur mon visage avec ses doigts qu’il me donne à lécher.

Nous reprenons nos esprits et nous rhabillons. Le train est déjà en approche de la gare de Paris - Gare de Lyon. Aussitôt à l’arrêt, chacun part de son côté. Jamais ce trajet ne m’aura paru aussi rapide !!

Cette expérience est l’une des plus excitantes que j’ai pu vivre et son souvenir agrémente encore souvent mes séances de branles solitaires.


Dune




Le texte complet de la mise à jour est ici.




4 commentaires:

dany marseille a dit…

Wow. Ça me plaît tes contes érotiques. Je me mets à la place des figurants. Je suce donc et me fait baiser. Et tout ce sperme je le visiualise très bien .Jon dimanche

Dune a dit…

Merci Dany.
Ce ne sont pas des contes, mais des souvenirs :)
Bon dimanche

Coquin Belgium a dit…

J'adore cette situation, j'imagine que tu la sens encore dans ton cul quand tu te branles!!!

Dunegay a dit…

Oh oui, et je m'ouvres aussi automatiquement